Continuer à jouer

Continuer à jouer
©Anaïs BAIXES Kinésiologue Nantes

« Nous ne nous arrêtons pas de jouer parce que nous vieillissons, mais nous vieillissons parce que nous nous arrêtons de jouer. » George Bernard Shaw

Jouer on le sait est important pour les enfants. C’est un moyen de structuration de la personnalité et de développement de différentes capacités (mémoire, concentration, attention, imagination, stratégie, logique, adresse physique, créativité, curiosité, flexibilité…).

Le jeu est indispensable à tous. Il est impliqué dans l’élaboration de nombreuses fonctions cérébrales à tout âge comme:
-la capacité d’inhibition qui forge la maîtrise de soi,
l’anticipation des intentions d’autrui,
le contrôle des émotions.

Nos responsabilités d’adultes amènent des résistances nous imposant de prendre ce rôle au sérieux. Pourtant rien « n’allume » autant le cerveau que le jeu (surtout le jeu libre, sans contrainte). Par le jeu on réduit notre niveau de stress et on améliore nos relations avec les autres.
Jouer c’est retrouver l’expérience réelle, faire abstraction du reste, lâcher prise un instant sur le temps. Se donner la permission d’une activité inutile puisqu’il n’en restera rien de concret à part le plaisir de s’être amusé.
Le jeu permet de s’oublier soi même et seul l’oubli de soi associé au plaisir permet de se dépasser et d’être créatif.

Chaque personne vieillit selon l’image qu’elle crée elle même du vieillissement. Dès que l’on cesse d’avoir du plaisir à jouer, on vieillit…

Les enfants jouent spontanément sans attendre de résultat autre que le simple fait d’être heureux là maintenant.

Si on prend l’existence trop au sérieux on se prive du pouvoir de la modifier.

Sources :
Coup de pouce, Nadine Descheneaux: « Les grands ont aussi besoin de jouer! »
Cerveau et psycho n°122
Psychologies, Erik Pigani: « Pourquoi les adultes ont besoin de jouer. »