Bébés et attachement

Bébés et attachement
©Anaïs BAIXES Kinésiologue Nantes

Les bébés sont mignons et ils le font exprès!

Avec les animaux, nous faisons partie d’une grande famille: le vivant. Nos premiers comportements et postures sont réflexes, issus de mémoires communes.
La nature ne fait rien par hasard, les bébés sont mignons uniquement pour assurer leur survie. Cette émotion qu’ils génèrent pousse à prendre soin d’eux, à les protéger et ainsi assurer la survie de l’espèce.
Le cerveau traite ce stimulus de façon prioritaire, l’attention est sollicitée et la sensibilité aux signaux émis par le petit est décuplée. Celui-ci utilise le langage corporel, et sensoriel (sons, odeur, toucher) qui vont susciter chez les parents des réactions innées de protection et d’attachement.
Une hormone que l’on pourrait qualifier de « facilitateur de vie » : l’ocytocine constitue la base biologique de ces comportements chez toutes les espèces. Grâce à elle, l’attachement active le système de récompense et renforce les émotions agréables.

L’attachement du bébé au parent est un besoin primaire, il crée un lien affectif privilégié lui permettant de forger sa sécurité intérieure pour devenir un être social psychologiquement stable.

C’est ici que la distinction avec les animaux se pose, suivant les espèces l’attachement a une durée variable.
Pour nous il dure toute la vie, l’amour parental est la motivation d’action la plus puissante de l’homme.

Ces réactions innées et archaïques issues de nos mémoires animales pourraient bien être à l’origine du succès des vidéos de chatons !

Sources:
Michel Odoul: « L’animal en nous. »
V. Mistycki et N. Guedeney: « La théorie de l’attachement. »
Cerveau & psycho n°114: « Le pouvoir des chatons. »